Yamaha Niken - Le carving sur asphalte

Il n’y a rien de plus effrayant pour un motard qu’une roue avant qui se dérobe. Avec la moto révolutionnaire à trois roues Niken, Yamaha a désormais la parade.

La Yamaha Niken en chiffres

  • Type de moteur: Trois cylindres en ligne à quatre temps

  • Cylindrée: 847 cm3

  • Puissance max.: 115 ch à 10 000 t/min

  • Couple max.: 87,5 N.m à 8500 t/min

  • Poids: 263 kg avec le plein

  • Prix de la moto de test: CHF 17 990.–

  • Prix de base: CHF 17 990.–

  • Concurrentes: encore aucune sur le marché

  • Informations spécifiques: 3 ans de garantie kilométrage illimité, révision tous les 10 000 km ou 12 mois.

  • État: mai 2018

Une roue arrière qui glisse, par exemple en raison d’une accélération en sortie de virage un peu trop appuyée, est désormais sous contrôle même sur les motos de milieu de gamme. Cependant, ce qu’on appelle le système antipatinage est bien peu utile lorsque la roue avant se dérobe, à cause de gravillons, de feuilles ou d’une plaque d’égout. Et à moins de s’appeler Valentino Rossi ou Marc Márquez, cette perte d’adhérence à l’avant se conclut généralement dans le décor, et non sans mal. Pour prendre en main le problème, Yamaha a adopté une approche différente, une mécanique de conception plutôt que numérique. Son nom? Niken. Cette contraction des mots japonais «Ni» (deux) et «Ken» (sabre) se traduit sous la forme de la première véritable moto à trois roues au monde. Et ce, tant visuellement que techniquement ainsi, comme nous le verrons dans un instant, qu’en termes de dynamique de pilotage.

Yamaha n’a toutefois pas réinventé le monde de la moto avec la Niken (disponible à partir de septembre pour CHF 17 990.–). Dès lors, pourquoi la «Naked Bike» MT-09 qui a servi de base pour la Niken appartient-elle aux best-sellers absolus?

Mécanisme de direction et d’inclinaison astucieux

Deux roues avant de 15 pouces assurent un degré de confiance inédit. Logique, car qui dit surface doublée dit deux fois plus d’adhérence. 

Yamaha a développé le «Leaning Multi Wheel System» (LMW, Multiples roues inclinables), une technologie ingénieuse d’inclinaison et de direction, pour s’assurer que l’association des deux roues soit harmonieuse dans la pratique. Elle fonctionne ainsi: les impulsions de direction sont transmises au guidon par l’intermédiaire d’un système de balancier et d’un deuxième jeu de direction. Cela transfère le couple par l’intermédiaire de pivots de direction aux doubles fourches USD pivotantes et inclinables, avec un déport systématique. Ce dernier fait que la roue intérieure décrit une courbe plus serrée (braque davantage) que celle de l’extérieur. C’est le principe d’Ackermann, que l’on retrouve également sur n’importe quel véhicule.

La Niken doit désormais reproduire la dynamique de conduite d’une moto classique et ainsi se laisser «aller» en position inclinée. Cette mission est remplie par un mécanisme de parallélogramme sophistiqué qui garantit que les doubles fourches s’inclinent toujours de manière parfaitement alignée. Il existe une limite d’inclinaison de 45 degrés liée à la conception. Je vous le donne en mille: cela suffit amplement...

Le plein de confiance, d’assurance... et de confiance. 

Le parcours d’essai de 260 km nous conduit aujourd’hui à travers les provinces autrichiennes du Tyrol, de Salzbourg et de Carinthie. La route à péage Grossglockner-Hochalpenstrasse avec un détour par l’Edelweißspitze est le point culminant absolu de cet itinéraire.

Je prends place et laisse mon regard se promener sur l’avant massif. Instinctivement, je libère avec force la Niken de sa béquille et ouh là, j’ai failli faire basculer de l’autre côté la bête de 263 kilos prête à dévorer l’asphalte. «Elle a l’air massive et pataude, mais en termes de manœuvre, elle se comporte comme une moto normale» voici une première conclusion que l’on peut tirer. Il en va de même au démarrage et en circulant en ville. 

Avant de rencontrer les premiers virages, il faut parcourir quelques kilomètres sur des grands axes monotones. Un bon moment pour mettre la technologie LMW à l’épreuve avec des manœuvres sournoises. Les ornières laissées par les poids lourds n’impressionnent aucunement la Niken, alors qu’une moto classique aurait connu bien plus de soucis. Là, de l’asphalte éclaté garni de nids-de-poule! Toujours rien! Tandis que je ressens le choc familier de l’arrière-train vers la selle, mes mains posées sur le guidon ne ressentent presque rien. Mais cela ne veut pas dire que la Niken soit avare de sensations, elle est au contraire très communicative à cet égard. 

Enfin, les larges courbes et lacis de la route de haute montagne s’annoncent. Il est étonnant de constater à quel point la Niken est maniable et harmonieuse dans cet exercice, tout en faisant preuve d’une excellente stabilité. Le must, cependant, est que la japonaise procure un degré de confiance inédit, même sur les chaussées pavées et les routes de troisième catégorie, détrempées et ayant subi les affres des intempéries. Je remarque donc que mon regard n’analyse pas l’asphalte immédiatement devant moi, comme d’habitude dans de telles conditions, mais porte loin devant. Mais attention: même une Niken ne vous met pas à l’abri d’une chute si vous en faites trop. Cependant, avant d’en arriver là, il faudra vous pencher trois fois plus que sur une moto classique. Autre source de réjouissance, la dynamique de conduite de la Niken est très proche de celle d’une moto courante. Chapeau! Du grand art!

Mordre l’asphalte en douceur

Avant de ne faire que tourner et nous incliner, nous en avons presque oublié de parler du moteur, la pièce maîtresse d’une moto. Le moteur trois cylindres en ligne CP3 de 847 cm3 de la MT-09 fournit également 115 ch, mais il offre plus de pression à régime moyen du fait de ses 70 kilos supplémentaires. Sur le fond, cette moto à trois roues offre ce que l’on connaît et apprécie: vivacité, puissance, agilité et son tranchant. Seules les douze soupapes de la Niken ont légèrement perdu en vivacité; les pilotes aux ambitions sportives préfèreraient peut-être un peu plus d’impulsion à régime moyen, notamment quand on se lance dans des ascensions. 

Quoi d’autre à signaler dans le rapport d’essai? Le Quickshifter fonctionne à merveille, mais il ne fonctionne que lors du passage au rapport supérieur. Pour 17 990 francs, je pense qu’un blipper aurait pu être ajouté. Tout comme un écran TFT couleur au lieu de l’écran à cristaux liquides certes informatif, mais quelque peu rudimentaire. 

En fin de compte, l’essentiel est ailleurs: avec la Niken, Yamaha a réussi à créer un véhicule qui procure du plaisir et est révolutionnaire en termes de sécurité et de confiance. 

+++ Évaluations +++

Nous avons aimé:

  • Une confiance incroyable à l’avant
  • Une dynamique de conduite proche de celle d’une moto classique
  • Une direction au point sur le plan technique
  • Le design de scorpion
  • La finition haut de gamme

Nous avons moins aimé:

  • Quickshifter non bidirectionnel
  • Écran à cristaux liquides au lieu de TFT
1800 / 1600 1.125

Galerie de photos Yamaha Niken