Honda CB1000R - Une machine à remonter le temps

Les fans de Honda ont dû patienter pendant dix ans avant que le plus grand fabricant de motos au monde se décide à une mise à jour complète de la légendaire Streetfighter CB1000R. La nouvelle version est enfin arrivée.

La Honda CB1000R en chiffres

  • Type de moteur: quatre cylindres en ligne à quatre temps

  • Cylindrée: 998 cm3

  • Puissance max.: 145 ch à 10 500 t/min

  • Couple max.: 104 N.m à 8250 t/min

  • Poids: 212 kg avec le plein

  • Prix de la moto de test: le prix des accessoires n’est pas encore connu

  • Prix de base: CHF 14 450.–

  • Concurrentes: Kawasaki Z1000, Suzuki GSX-S 1000, Triumph Speed Triple S

  • Informations spécifiques: 2 ans de garantie kilométrage illimité, révision tous les 12'000 km, réglage du jeu des soupapes: tous les 36'000 km

  • Etat: mars 2018

Actuellement, aucun segment de moto n’est plus populaire que celui des naked bikes. Et aucune moto n’a autant marqué et dominé ce segment durant les dix dernières années que la Honda CB1000R. Equipée du quatre cylindres en ligne de la Fireblade de 2006, elle offrait une sonorité puissante, était compacte, particulièrement agile et facile à piloter. C’est grâce à ces atouts que, durant les premières années de son cycle de vie supérieur à la moyenne, la japonaise a laissé pratiquement toutes ses concurrentes derrière elle. Mais le temps commença à ronger lentement mais sûrement la CB, en clair: elle était contrainte de s’imposer année après année pratiquement sans modification technique alors que la concurrence était progressivement en train de la dépasser. En outre, de nouveaux segments naked sont progressivement apparus autour des Streetfighter classiques dont Honda faisait partie: des hyper-naked et des naked de la classe moyenne supérieure disposant d’une puissance de plus de 170 ch. Sachant que ce sont précisément ces dernières qui coupent entretemps l’herbe sous les roues des streetfighter traditionnelles en termes de volume des ventes.

Plus puissante, plus légère et numérisée

Elle est enfin arrivée, la CB1000R entièrement revue et disponible de suite en rouge, noir et gris au tarif de CHF 14 450.-. Elle est devenue plus légère – elle a perdu pas moins de 12 kilos – (212 kilos avec le plein), et plus puissante: le moteur à seize soupapes a été porté à la puissance respectable de 145 ch (20 ch supplémentaires). Cela a été rendu possible grâce à une augmentation de la compression, à l’utilisation de pistons forgés au lieu de pistons en fonte et à l’optimisation de la culasse et de l’injection. En outre, le passage des vitesses a été raccourci et un accouplement à friction nécessitant moins de forces de manœuvre a été installé.

La réduction de poids concerne principalement le nouveau système d’échappement (- 4,5 kilos) et le logement de bielle oscillante du cadre en acier qui reste lui inchangé. Autres nouveautés du châssis: les pneus larges 190 à l’arrière et la fourche Big Piston signée Showa.

Mais la nouveauté technique la plus importante est de toute évidence le pack électronique: alors que l’ancien modèle devait, mis à part l’ABS, encore se passer de systèmes d’assistance, le nouveau offre tout ce que l’on désire: Ride-by-wire, quatre modes riding, contrôle de frein moteur et de traction.

Streetfighter au design raffiné

Chez Honda, on sait aussi qu’actuellement, le marché des naked est saturé. C’est pourquoi, pour la CB1000R, on a choisi une autre voie, une voie propre, ce qui se reflète principalement dans le design. Ce dernier a une touche classique, correspond ainsi à la tendance vintage actuelle mais fait néanmoins preuve d’une certaine élégance et met l’accent sur la technique grâce aux nombreux éléments fraisés en aluminium. Cette nouvelle mouture ne revendique donc pas le statut de naked bike puissant mais s’adresse à une clientèle plus large et moins hypersportive.

S’installer, rouler et se sentir à l’aise: typiquement Honda!

En termes de dynamisme de conduite, la Honda correspond presque sur mesure à cette clientèle cible: pour une naked-bike, le confort est de très haut niveau, rien à redire en termes d’ergonomie, même si tout est assez compact. La moto semble solide, l’aspect et la finition sont excellents!

Quel que soit le mode présélectionné, le quatre cylindres en ligne à la sonorité grave et puissante dose toujours l’accélération en douceur et convainc dès 4000 tr/min avec beaucoup de pression. Mais l’apothéose qui s’accompagne d’un joli mélange de grondement et de détonation se produit entre 6000 et 8000 tr/min. En plus du contrôle de traction, le Quickshifter lui aussi fait du très bon boulot. Il fait partie de la gamme d’accessoires de même que les séduisants caches en aluminium et le capot de selle.

Le couteau entre les dents? Plutôt pas...

Le châssis lui aussi fait très bonne figure à vitesse sportive ordinaire: il s’avère très maniable et garantit une bonne stabilité. La situation est différente lorsque l’on veut mettre les gaz et exploiter toute la puissance. Il faut pour cela pousser la CB au-delà des 8000 tr/min, le moteur semble alors quitter sa zone de confort. La puissance est certes disponible à profusion jusqu’au limiteur à 12 000 tr/min, mais dans la pratique, cela semble plutôt nerveux. Le châssis manque alors d’harmonie et de petites corrections de trajectoire sont en permanence nécessaires.

Mais cela ne veut pas dire qu’en termes de dynamisme de conduite la CB1000R n’est pas à la hauteur, bien au contraire. Le fait est qu’entretemps, il existe des naked bikes qui sont considérées comme de vrais instruments de précision et il suffit de penser à se pencher pour qu’elles attaquent déjà le prochain virage. Sur ce point, la Honda ne parvient pas à cacher que la base de sa conception est ancienne et l’on remarque dans l’ensemble que nous sommes en présence d’une streetfighter classique.

Quoi qu’il en soit, la Honda CB1000R ne revendique pas le statut de hyper naked bike mais préfère s’adresser à un public plus large et hétérogène. Et sur ce point, elle dispose de toutes les qualités requises.

+++ Evaluations +++

Nous avons aimé:

  • le superbe monocylindre avec beaucoup de caractère
  • le design unique, l’allure haut de gamme
  • son côté original
  • la suspension sport extrêmement affûtée
  • la puissance sonore du moteur
  • le prix acceptable

Nous avons moins aimé:

  • le levier d’embrayage clairement trop court
  • les chiffres trop petits sur l’écran LCD
  • l’aspect désuet des commandes sur le guidon et du contact
1868 / 1600 1.1675

Galerie de photos Honda CB1000R

Rejoignez le débat