INDIAN CHIEFTAIN LIMITED – Chef de la route

André (49 ans), conduit habituellement une Goldwing 1500. En tant que TestRider MotoScout24, il a eu l’occasion de tester toute la puissance de l’Indian Chieftain Limited pendant tout un week-end.

L'Indian Chieftain Limited en chiffres

  • Type de moteur: V-Twin 49° 

  • Cylindrée: 1811 cm3

  • Couple max.: 151 N.m à 3000 tr/min

  • Poids avec le plein: 375 kg

  • Capacité du réservoir: 20,8 litres

  • Prix de la moto de test: CHF 31 990.-

«Canon, cette moto!», s’est écrié André, TestRider MotoScout24, en voyant l’Indian Chieftain Limited pour la première fois. «Elle est encore plus belle que sur les photos.» Les parties chromées de la Chieftain brillent au soleil. Surtout dans sa livrée Ruby Metallic, le mastodonte de l’Iowa attire tous les regards, même à l’arrêt.

En tant que TestRider MotoScout24, André a eu l’occasion de tester l’Indian Chieftain Limited en long et en large pendant tout un week-end. Au cours des 1200 kilomètres qu’il a parcourus en quatre jours, il a voulu expérimenter le confort de la Chieftain ainsi que la puissance du bicylindre en V de 1800 cm3.

Couple et puissance en abondance

Le moteur à démarrage sans clé de 111 pouces cubes est à la hauteur des attentes. «Quand la Chieftain accélère, ça tire dans les bras», s’enthousiasme André. Bien sûr, avec un couple de 151 newtons-mètres, l’Indian montre toute sa puissance quel que soit le rapport utilisé. Les trois modes de conduite permettent d’adapter la réactivité entre «Tour», «Standard» et «Sport». Le moteur répond extrêmement rapidement, surtout en mode Sport, ce qui provoque de petits à-coups à faible vitesse. Pour flâner tranquillement, le mode Standard est donc recommandé.

Dans l’ensemble, notre TestRider est surpris par la légèreté de la machine de 375 kg: «La Chieftain est incroyablement facile à déplacer, même lentement, que ce soit en roulant au pas ou en la poussant.» André ne regrette pas une seule seconde l’absence de marche arrière par rapport à sa Honda 1500 Goldwing.

Une sportivité inattendue

Mais ce gros bagger n’attend qu’une chose: être en mouvement. Les terrains de prédilection de la Chieftain sont les larges routes de campagne mais aussi les routes de montagne étroites, étonnamment. «Je ne m’attendais pas à une telle sportivité de la part de l’Indian», explique André. Dans les lacets du col de l’Oberalp, la position inclinée est satisfaisante avant que les repose-pieds n’appellent à la prudence en frottant sur l’asphalte.

Dans l’ensemble, le châssis offre des sensations de conduite exceptionnelles et un confort optimal, que ce soit en ville, sur des routes de montagne ou sur autoroute. Seul le pare-brise à réglage électrique progressif aurait pu être un peu plus haut pour André qui mesure 1m83. Sur autoroute, des turbulences désagréables se font sentir, lesquelles secouent la tête dans le casque et entraînent de la fatigue à long terme. Mais si l’on est bien protégé derrière le pare-brise, on n’entend et ne ressent pas du tout le vent. Pour le son, c’est ailleurs que ça se passe:

Thunder Stroke 111 – un nom qui en dit long

Le bruit du moteur Thunder Stroke 111 que la Chieftain fait retentir via le système d’échappement à double flux a complètement séduit André: «Le bruit d’une moto n’a jamais été très important pour moi. Mais après un week-end avec la Chieftain, j’ai changé d’avis. Son bruit est incroyablement génial!» Le moteur V2 de 1,8 litre produit un son très puissant, sans jamais être gênant. Même les passants semblent apprécier. Le bruit de l’Indian Chieftain Limited ne récolte que des louanges, jamais de regards désapprobateurs.

Objet de convoitise partout où elle passe

Même à l’arrêt, l’imposante Chieftain met tout le monde d’accord. À plusieurs reprises, on se surprend à jeter un dernier coup d’œil à cette beauté couleur rubis après la conduite. «L’ensemble du design, les proportions, tout s’harmonise à la perfection – c’est formidable de voir comment Indian parvient à associer une moto au look rétro à la modernité.»

Électronique de confort comme dans une voiture

Effectivement, la Chieftain possède toute une série de systèmes électroniques ultramodernes. Grâce au démarrage sans clé et au verrouillage central, la clé de contact reste toujours dans la poche. Le «Ride Command System» avec écran tactile 7 pouces (qui peut bien sûr être utilisé avec des gants) offre une multitude de réglages et de données de conduite. La navigation fonctionne comme à bord d’une voiture et le système audio de 100 watts assure l’animation musicale pendant les longs trajets. Malheureusement, la radio DAB n’est pas incluse par défaut, ce qui se fait sentir par moment. Mais il est possible de jumeler un smartphone par Bluetooth en quelques secondes et de lire la musique directement à partir de l’appareil ou de Spotify.

Seulement quelques petits points faibles

Est-ce que quelque chose a déplu à notre TestRider sur la Chieftain? «Les finitions de toute la moto sont particulièrement haut de gamme. Malheureusement, les éléments de contrôle un peu compliqués du système d’info-divertissement et les clignotants ne sont pas à la hauteur. Et l’animation au démarrage, qui est agréable à regarder au début, devient agaçante au bout d’un moment. La consigne de sécurité rappelant qu’il faut se concentrer sur la route doit être déplacée à chaque démarrage – c’est totalement contre-productif», explique André. De plus, l’indicateur d’autonomie restante du réservoir est pénible car il a la fâcheuse habitude d’afficher d’un coup 0 km d’autonomie et d’appeler à faire le plein rapidement quand il reste 1/4 de carburant dans le réservoir. Une fois que le conducteur stressé a atteint la station-service la plus proche, la facture de carburant indique un remplissage de seulement 15 litres. Alors que le volume du réservoir est de 20,8 litres.

Mais pour André, tout cela n’est pas suffisamment grave pour remettre en question la bonne impression générale de la Chieftain Limited. Personnellement, il aimerait que le dossier du conducteur et du passager soient améliorés sur la moto. Heureusement, la gamme d’accessoires convient parfaitement.

Bilan d’André

À qui s’adresse l’Indian Chieftain Limited selon André? «À tous ceux qui se regardent dans le miroir le matin en se disant – je suis un mec cool: je conduis une Indian, pas une Harley!», répond André en riant. La Chieftain est une moto affirmée pour celles et ceux qui n’ont pas peur de piloter une moto qui attire tous les regards, qu’elle soit à l’arrêt ou en mouvement. Et bien sûr, pour ceux qui ont les moyens de mettre près de 32 000 francs pour l’acheter. Mais les amateurs de choppers et de baggers sont prêts à mettre le prix pour s’offrir le style de vie associé à l’imposante Indian.